L'édifice de l'Arréphoreion ( ou Arréphorion ) était l'endroit où était tissé le péplos d'Athéna ( costume des femmes grecques à l'époque archaïque et classique )( 9 ). L'arréphorie était une fête athénienne célébrée en juin qui avait pour but d'obtenir d'Athéna de l'humidité pour la terre desséchée. Quatre jeunes filles, dites arréphores, étaient choisies pour séjourner dans le sanctuaire et dans la nuit précédant la fête, toutes recevaient de la prêtresse des coffrets mystérieux qu'elles rapportaient à l'Acropole.









La maison des Arréphores était construite près de la falaise de l'Acropole.
















Une vue en plongée de l'Arréphoreion. À gauche du bâtiment, il y avait une cour ouverte, ou terrain de balles des Arréphores. Près du mur, à l'intérieur de la cour, se détache l'ouverture par laquelle on avait accès à l'escalier qui conduisait à la grotte d'Agraulos à l'intérieur de laquelle se trouvait une source d'époque de l'helladique récent. En dehors de la cour, dans le resserrement près du mur, se trouvait une autre ouverture qui conduisait à l'Escalier Sacré.